Comment passe-t-on du monde de la gestion au monde du cinéma ?...

Vendredi 24 Novembre, Marie Caillard, ancienne élève du collège, est venue présenter le métier d'assistante de production à une vingtaine d'élèves de 4ème et 3ème.

Après un Bac STMG spécialité marketing qu'elle a préparé au Lycée Jeanne d'Arc à Rennes, elle a choisi de préparer un BTS « métiers de l'audiovisuel – option gestion de production » à Montaigu (Vendée)

Aujourd'hui, elle continue son cursus par une licence professionnelle à Rennes et envisage un master à Strasbourg.

 

Comment a-t-elle eu l'envie de s'investir dans le monde du cinéma ?

C'est tout à fait par hasard, à la suite d'un stage à France Bleue Armorique en seconde qu'elle a découvert cet univers. Passionnée par ce domaine, elle a effectué un second stage au théâtre de La Paillette en terminale . Après un premier échec à la sélection pour le BTS, elle s'est inscrite en licence « arts du spectacle » à Rennes 2 pour élargir sa culture cinématographique. Elle arrête à l'issue du 1er semestre trop « théorique » à son goût pour s'investir dans des activités bénévoles au profit de plusieurs festivals (Travelling, Transmusicales...). Ses expériences la confortent dans son choix et lui permettent d'être admise au BTS à Montaigu. C'est par sa motivation et toutes ses expériences qu'elle a pu réussir l'entrée très sélective basée sur les notes et l'entretien de motivation.

Marie précise que l'option « gestion de production » est la seule à admettre les bacs STMG. Les autres options présentes au BTS (image, son, exploitation et montage) exigent un bac général plutôt scientifique.

« Sans la production, il n'y aurait pas de film », explique-t-elle. En effet, l'assistante de production est à la fois chargée de tous les aspects juridiques (contrats avec les techniciens, les artistes, respect du droit à l'image...), de tous les aspects financiers (recherche de subventions, respect des budgets...) mais aussi de l'ensemble de la logistique ( hébergement des artistes et techniciens, repérage des lieux de tournage, recherche du personnel technique, des acteurs...). C'est pourquoi ce métier demande une grande endurance car les tâches sont multiples et les journées de travail peuvent atteindre 12h. Il faut aussi faire preuve de sang froid pour faire face aux aléas et gérer au mieux les tensions au sein de l'équipe.

Marie insiste sur l'importance des stages de découverte et sur le comportement pendant les stages car cela peut constituer une porte d'entrée pour la vie professionnelle si tout se passe bien.

Enfin, elle rappelle aux élèves qu'il « faut s'intéresser aux bacs technologiques » qui ouvrent bien des horizons et ne sont pas réservés aux élèves médiocres.

Un grand merci à Marie qui nous a fait découvrir avec passion un monde méconnu ! Souhaitons-lui une belle carrière !

Signaler l'absence de votre enfant Cliquez ici !